Wikipédia n’a aucune garantie, Britannica non plus

L’autre jour, quelqu’un me disait que son problème avec Wikipédia était que Wikipédia n’offrait aucune garantie. C’est rigoureusement exact.

Toutefois, je lis sur Britannica.com :

THE SERVICES AND ALL INFORMATION, PRODUCTS, AND OTHER CONTENT INCLUDED IN OR ACCESSIBLE FROM THE SERVICES ARE PROVIDED « AS IS » AND WITHOUT WARRANTIES OF ANY KIND

C’est clair et explicite : le service Britannica.com ne vient sans aucune garantie.

Publicités

6 Responses to Wikipédia n’a aucune garantie, Britannica non plus

  1. erasoft dit :

    Je ne sais pas où le poster, alors je le fais ici, puisque ce semble être le premier billet : vous allez adorer le plugin Footnotes de WordPress… (http://www.elvery.net/drzax/more-things/wordpress-footnotes-plugin/)

    Mais je viens de me rendre compte que vous êtes sur wordpress.com.. Rha, c’est balot !

  2. Fire walk with me dit :

    Ce genre de garanties a plutôt une fonction juridique. Si on laisse cela de côté, pour éviter de faire le sophiste, Britannica garantit mieux son contenu que Wikipédia. C’est une question de méthode.

  3. schiste dit :

    Je trouve au contraire ce disclaimer très révélateur.
    Si Britannica garantissait que son contenu, qu’elle rédige elle-même, est exempt d’erreurs, nul besoin de se décharger de toute responsabilité.
    Donc pourquoi se décharger d’un risque qu’ils ne courent pas puique leur contenu est garantis :)
    Ou alors ils courent un risque et leur contenu n’est pas irréprochable :)

  4. Fire walk with me dit :

    « Si Britannica garantissait que son contenu, qu’elle rédige elle-même, est exempt d’erreurs, nul besoin de se décharger de toute responsabilité. »

    Je ne pense pas que ce soit une question de tout ou rien.

  5. Métamorphix dit :

    Moi non plus. La jurisprudence a ses exigences.

  6. AnalyseStatix dit :

    @Fire walk with me:

    Cela veut dire qu’aucun éditeur ne garantit ce qu’il écrit au sens commercial du teme (assume financièrement tout ou partie des conséquences d’un mauvais produit).

    La garantie de sérieux de Britannica, in fine, c’est sa réputation, qui serait ternie en cas d’erreurs trop courantes. Mais la sanction, dans ce cas, ne sera pas judiciaire, mais commerciale : les gens cesseraient d’acheter ce produit. Comme dirait Monique Canto-Sperber, c’est un retour subtile de l’opinion de masse : un produit commercial est réputé sérieux parce qu’il se vend aux bibliothèques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :