La mise en scène de la réalité

Il y a quelques temps, TF1 a décidé de faire un sujet sur Wikipédia. Ils ont contacté les contacts presse francophones de Wikipédia quelques jours avant la date de diffusion prévue. Bref, l’urgence.

TF1 avait besoin d’un wikipédien qui écrirait des articles spécialisés. On a commencé par leur proposer un astrophysicien qui écrit ou relit des articles d’astrophysique. Mais, vous comprenez… Un astrophysicien du CNRS, ce n’est pas un profil auquel le public de TF1 peut s’identifier, or le but du sujet était de montrer que n’importe qui pouvait écrire.

Nous avons donc dû trouver quelqu’un avec un profil un peu plus girl next door : une étudiante en japonais qui écrit sur le Japon. La débauche de moyens (une équipe envoyée dans une petite ville du sud-ouest, une autre près de Clermont-Ferrand) pour un sujet de 1’30 » était impressionnante. Comme nous l’a dit la jeune fille, on l’a filmée 1 heure tout ça pour 30 secondes utilisées.

C’est ainsi que les médias, par simple sélection, mettent en scène la réalité. On choisit de présenter telle personne plutôt qu’une autre au motif que le téléspectateur la préfèrerait, on choisit certains extraits, pas forcément les plus significatifs.

Mais il y a mieux : quand les médias inventent les faits.

Il y a quelques années, des géophysiciens de mes amis étaient sur un projet d’instrumentation en Grèce. Un journaliste était passé faire un reportage, et désirait ne pas trop s’attarder. Malheureusement, une expérience importante et éventuellement un peu spectaculaire n’avait pas encore eu lieu. Le journaliste a tout bonnement suggéré aux scientifiques de mimer une fausse expérience !

Les scientifiques ont refusé de jouer les acteurs, et bien leur en a pris : l’expérience a dû être annulée. Nul doute que, sinon, le documentaire réalisé aurait eu une séquence sur une expérience fantôme, n’apparaissant dans aucun rapport ni publication scientifique…

Parfois, les journalistes se transforment en metteurs en scène, en dramaturges. Deux amies participant à une compétition technologique en ont fait l’expérience : une journaliste voulant faire un sujet sur les jeunes filles et la technologie leur avait donné des répliques à réciter devant la caméra…

Je n’ai cité ici que des cas que j’avais constatés directement, ou qui avaient été directement constatés par des personnes en qui j’ai la plus entière confiance. Bien sûr, on devrait aussi citer des affaires comme celle de l’ajout à la palette graphique de barbes sur des figures de jeunes pour obtenir des « islamistes »… mais elles seraient trop nombreuses.

Ce qui est important, au final, est de comprendre que la télévision est avant tout un spectacle, y compris lors des journaux et documentaires. Ce qui importe est de présenter un résultat attrayant. Comme dans le cas des films de fiction populaire, où l’on cherche à ce que le public s’identifie au héros et où l’on aura une sélection de rôles stéréotypés, on limitera la complexité de la réalité à représenter en extrayant des personnalités, des propos schématiques.

Bien. La semaine prochaine, j’expliquerai pourquoi la presse papier et Internet n’est qu’une vaste chambre d’écho à âneries.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :