Concours de broderie professorale

Une organisation belge a fait une enquête et rédigé un rapport sur les compétences des étudiants entrant à l’université en matière de recherche documentaire.

Cette étude est évoquée sur le site de l’URFIST notamment en ces termes :

En revanche, étonnés par les compétences techniques des « digital natives » (pourtant loin d’être aussi développées), de nombreux enseignants et responsables éducatifs (du secondaire comme du supérieur) font encore l’impasse sur les compétences informationnelles, persuadés que les élèves et les étudiants savent désormais chercher seuls l’information, à partir du moment où ils interrogent le couple Google-Wikipedia.

Sans surprise, le blog d’Alithia dénonce aussi le tandem Google-Wikipédia.

Sauf que… Le rapport d’Edudoc ne parle nulle part de Wikipédia.

Personne ne sera surpris qu’Alithia ait brodé sur son thème favori : sa haine profonde pour Wikipédia, conjuguée à une insufférable suffisance, dépasse les limites du rationnel.

Mais l’URFIST ?

Publicités

16 Responses to Concours de broderie professorale

  1. Sylar dit :

    Je crois que le seul intérêt des articles d’Alithia, c’est de voir jusqu’où elle peut aller. Il y a là un côté divertissant dont je ne me lasse presque pas.

  2. Dupont dit :

    Wikipedia est une sorte de Google bis , son ambition parler de tout, présenter tous les sujets. Sauf que Google recense des bons articles, pas Wikipedia qui frabrique elle-même son bouillon. En cela est beaucoup moins bonne que Google pour s’informer.

  3. Metaheuristix dit :

    Il me parait important de préciser que le commentaire précédent (de « Dupont ») est sans doute le fruit d’Alithia, la blogueuse citée dans l’article. On reconnaît son style inimitable et sa propension à répondre à coté du sujet avec des arguments mal construits.

  4. Semantix dit :

    Wikipédia et Google sont aussi différents qu’un fichier de librairie est différent d’un livre ; les comparer pour ce qu’ils sont n’a aucun sens.

    D’autre part, Google recense les articles de façon automatique (cela donne d’ailleurs lieu de temps en temps à des incidents amusants). Google rencense plus de bons articles que Wikipédia n’en comporte simplement parce qu’il recense au-delà de Wikipédia ; Google recense aussi plus de mauvais articles que Wikipédia n’en comporte, on ne se couvre pas la tête de cendre pour autant.

    Dire que Wikipédia ne comporte pas de bons articles est juste factuellement ridicule. Au passage, cela laisse entendre soit que l’on aurait les capacités de juger de la qualité de *tous* les articles de Wikipédia, ce qui relève de l’« insufférable suffisance » dont parle le billet (concrètement : qu’est-ce que vous reprochez à l’article sur le lambda-calcul, *et* à celui sur la thermoélectricité, *et* à celui sur l’économie du Botswana, *et* à celui sur le problème du sac à dos ?),. Ou alors cest qu’on raconte n’importe quoi comme un pilier de bar ; or ce qui est excessif est insignifiant.

    La proposition « [Wikipédia] est beaucoup moins bonne que Google pour s’informer » est légèrement plus intéressante, parce que là il y a une comparaison pertinente à faire entre Google et Wikipédia : tous deux sont des passages menant à des sources qui contienne l’information véritablement utile pour un bon niveau (académique par exemple). Toutefois, placer Google au-dessus de Wikipédia est la marque de quelqu’un qui ne comprend pas que, comme toute encyclopédie, Wikipédia n’est pas un point d’arrivée mais un point de départ ; qui ne remarque pas qu’un article de Wikipédia est plus informatif sur un sujet que la liste de résultats trouvés par Google ; et qui ne remarque pas que Wikipédia donne en référence des ouvrages que Google n’indexe pas.

  5. Assurancetoutrix dit :

    Tout avis critique envers Wikipedia = Alithia, qu’on se le dise !

  6. Metaheuristix dit :

    @Assurancetoutrix : sophisme par exagération. Non, bien évidemment, Alithia se repère aisémment à son style, tout à fait caractéristique, c’est tout.

  7. agecanonix dit :

    Hou que vous n’aimez pas Althia, c’est sans doute très flatteur, mais savez-vous qu’il y a des milliers de personnes qui reprochent à Google et à Wp la même chose que votre muse anti-Wikipedia

  8. agecanonix dit :

    Moi je m’informe avec Google mais jamais avec Wikipedia et av ec Google je trouve toujours des trucs intéressants, : je choisis ce que je veux lire, je peux vérifier la source et l’auteur , je peux aprécir le niveau de l’article (presse, blog ou publication de spécialistes ) c’est moi qui fais le tri et le choix. Tandis que WP est une sorte de pré-mâché avec lequel on ne peut être sûr de rien, si c’est exact, qui l’a écrit , à moins de connaître déjà le sujet on ne verra pas les erreurs. Donc, mauvais. Et si on connaît le sujet, inutile.

    Donc je ne vois pas l’intérêt. ou alors s’en servir comme on se sert d’un moteur de recherche ? Mais la fiabilité se pose encore, les bibliographies et liens de Wp sont trop incomplets.

    Ou alors pour les gamins .? N’étant plus gamin depuis longtemps, je ne peux pas juger.

    De toute façon tout cela a été dit et redit et on commence à être courant. Toute la presse l’a dit et le fameux blog que vous n’aimez pas aussi. Je ne pense pas vous apprendre grand chose.

  9. AnalyseStatix dit :

    @agecanonix: Wikipédia, justement, ne vise pas à fournir un « pré-mâché ». Elle vise à fournir des éléments de réflexion, de citations, des liens. Elle ne prétend ni être exhaustive ni exacte.

    Vous lisez un article, il vous donne des informations, vous rebondissez sur un article scientifique ou un ouvrage de référence? C’est bien. L’article vous paraît insuffisant, mal écrit? Vous laissez tomber.

    Vous remarquerez que les principales critiques viennent de personnes qui s’inquiètent de l’influence de Wikipédia sur des individus immatures, qui croient tout ce qu’ils lisent, sans réfléchir. C’est là, j’en ai peur, accepter la défaite de la pensée: c’est prendre les gens pour des cons irrécupérables.

    Il n’est d’ailleurs par surprenant que ce soit au fond la critique de la gestionnaire du blog en question, qui visiblement se prend pour le sel de la terre et prend le reste du monde pour des sots.

  10. agecanonix dit :

    Les principales critiques viennent des universités.
    Vous renvoyez à ce que vous vivez comme la prétention insupportable d’un blog que vous ne supportez pas, mais qui cite simplement les études faites sur l’incapacité des étudiants à se servir d’internet intelligement, leur manque de connaissance de l’usage de moteurs de recherche spécialisés, qui leur feraient contourner Wp car ces moteurs de recherche l’ignorent. Et puis aussi citation par ce blog insupportable des réactions des universités qui apprennent aux étudiants qu’il vaut mieux éviter Wp pour les raisons qu’elles donnent. Les connaissez-vous ?
    Pourquoi ne mettez-vous pas en cause explicitement les avis des universités ?

  11. AnalyseStatix dit :

    Les seules critiques universitaires contre Wikipédia (*) que je connaisse portent en fait sur le comportement des étudiants qui copient-collent sans réfléchir. Elles apportent donc de l’eau à mon moulin : Wikipédia est un site destiné à des gens qui veulent utiliser leur cerveau et sont capables d’aller plus loin qu’une copie bête et méchante, brefs sont capables de réflexion.

    Ce n’est pas la faute de Wikipédia si certains étudiants veulent couper au plus court, se fichent des matières enseignées, etc. Il s’agit ici peut-être de comportements hérités de l’enseignement secondaire, où est valorisé la copie verbatim et sans réflexion.

    Peut-être avez-vous lu d’autres études ? Pouvez-vous les citer ?

    (*) Je ne compte ici que celles émanant de chercheurs ou enseignants-chercheurs nommés et reconnus.

  12. AnalyseStatix dit :

    En cherchant Wikipédia dans les blogs, on tombe par exemple sur cet article d’un universitaire parisien:
    http://www.madore.org/~david/weblog/2009-01.html#d.2009-01-25.1601

    « Pourquoi Wikipédia est utile malgré ses erreurs »

    Tiens, encore un normalien.

  13. agecanonix dit :

    Vous avez mal lu : ce sont les universités qui très officiellement, sur les sites expliquant aux étudiants les cursus, les programmes, les conditions d’inscription, indiquent qu’il est interdit de citer WP dans leurs travaux car elle ne peut -être considérée comme une source.

    Cela figure avec les explications données pour l’inscriptions. Et c’est la seule mise en garde méthodologique avec celle qui expose l’interdit du copié-collé. Il y a en somme deux interdits de base pour l’université , le plagiat, et WP.

    Par ailleurs les avis d’universitaires qui ont évalué Wp ne manquent pas. Ils émanent d’individus ou d’institutions universitaires ou de documentation et je crois bien que ce site que vous ne supportez pas les cite, puisque je les y ai vus.

  14. AnalyseStatix dit :

    Encore une fois, vos commentaire font douter que vous compreniez le fonctionnement réel des études supérieures, leurs méthodes et leurs objectifs.

    Il y a effectivement un problème dans certaines universités, notamment dans les matières « molles » (sciences sociales, etc.), d’étudiants qui plagient Wikipédia, ou encore la citent comme référence à l’appui d’un fait. Wikipédia avertit d’ailleurs le lecteur contre ces deux usages.

    Un étudiant qui cite Wikipédia (sauf exceptions) commet plusieurs erreurs méthodologiques. S’il cite une encyclopédie, quelle qu’elle soit, c’est qu’il n’a pas été consulter des documents plus spécialisés vers lesquels pointe cette encyclopédie. C’est aussi qu’il manque de l’esprit critique élémentaire consistant à confronter plusieurs sources.

    Il est donc parfaitement compréhensible que les universités mettent les points sur les « i » et interdisent de *citer* Wikipédia dans les devoirs. Cela ne veut pas dire qu’elles interdisent l’usage de Wikipédia, mais qu’ils interdisent son usage comme justification d’un fait énoncé dans un devoir.

    Sachez que vous ferez en général rigoler si, dans un devoir « sérieux », vous citez à l’appui d’une information une encyclopédie comme Universalis (dont les articles sont des « survols » qui ne sauraient remplacer la consultation d’ouvrages spécialisés) ou, pire, la presse d’information.

    Quant aux usages universitaires de Wikipédia, je vous renvoie à ce que font les institutions universitaires les plus réputées:

    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=site%3Apolytechnique.fr+link%3Awikipedia.org
    22 renvois sur Wikipédia depuis l’École polytechnique

    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=site:ens.fr+link:wikipedia.org
    20 renvois depuis l’École normale supérieure

    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=site%3Amit.edu+link%3Awikipedia.org
    1580 depuis le Massachussetts institute of technology

    Vous conviendrez que le MIT, ce n’est pas n’importe quel endroit, non?

    Allez, pour la route:
    http://www.google.fr/search?hl=fr&q=site%3Astanford.edu+link%3Awikipedia.org
    1480 depuis Stanford

    Il faut dire que l’X, Normale, le MIT et Stanford sont des institutions dont on peut supposer que les étudiants ont la maturité et le sérieux nécessaires pour ne pas faire n’importe quoi.

  15. Metaheuristix dit :

    Je confirme ce que précise AnalyseStatix, j’ajouterais que j’ai vu de mes yeux l’emploi et la bonne presse de Wikipédia dans diverses université et à l’école des Mines, où j’ai travaillé en tant qu’enseignant ou chercheur.

    Par ailleurs, insinuer qu’il n’y aurait qu’une seule politique des « universités qui (…) indiquent qu’il est interdit de citer WP montre un manque total de compréhension du système d’enseignement supérieur français. Les enseignants à l’université sont libre de leur choix pédagogiques, s’ils décident d’utiliser Wikipédia, ce n’est pas le technicien qui gère les « sites expliquant aux étudiants (…) les conditions d’inscription », ni l’administration gestionnaire qui aurait son mot à dire (et il me semble que c’est la même chose dans l’enseignement primaire et secondaire, à la différence que les programmes y sont, par contre, décidés).

    Il y a des enseignants universitaires qui utilisent Wikipédia pour leurs cours, dans un sens ou dans l’autre, le nier serait stupide. De même, il y a des enseignants universitaires qui s’y refusent, c’est évident.

    Si je prend mon exemple, j’ai écris un article sur Wikipédia, concernant un cours que je donne à l’école nationale des ponts et chaussées. Cet article très pratique me sert de synthèse rédigée pour les étudiants, tout à fait complémentaire des transparents de présentation du cours…

    Est-ce que je corromps la jeunesse ? :-)

  16. AnalyseStatix dit :

    En effet… Je ne sais pas de quel pays vous êtes, Agecanonix, mais en France l’indépendance des professeurs des universités est un principe fondamental reconnu par les lois de la République. Ceci implique notamment qu’on ne puisse pas leur imposer par voie administrative de ne pas faire référence à tel ou tel document, et qu’on ne puisse d’une façon générale et uniforme interdire l’usage de tel ou tel site Web aux étudiants.

    C’est, je vous l’accorde, une situation totalement différente de l’enseignement secondaire, où les enseignants sont soumis à une autorité hiérarchique qui impose programmes et méthodes d’enseignement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :