Britannica Vs. Universalis

jeudi, 28 août 2008

De petit site sans envergure créé en 2001, Wikipédia est devenue au fil des ans un des sites principaux utilisés pour la recherche d’information. Cette notoriété a attiré de nombreuses et vives critiques.

Ce fut aussi bien des journalistes que des « intellectuels » qui s’attelèrent à railler et dénigrer l’encyclopédie libre. Ils ont argumenté en expliquant combien la méthode de rédaction de Wikipédia, à savoir par des anonymes, avait pour résultat une encyclopédie de piètre qualité sans commune mesure avec les illustres et très sérieuses encyclopédies classiques telles que Britannica ou Universalis. A ces critiques, les rédacteurs de l’encyclopédie libre ont inlassablement expliqué que sur Wikipédia, ce n’était pas le diplôme du rédacteur qui comptait, mais bien les sources qui étayaient l’article.

Les encyclopédies classiques sont écrites par des personnes au savoir soi-disant assuré du fait de leurs diplômes. Mais quand deux encyclopédies classiques vantées pour leur sérieux donnent deux informations factuelles différentes, laquelle des deux a raison? Laquelle des deux est plus sérieuse que l’autre ?

Lors de la rédaction de l’article sur Shimon Peres, les anonymes rédacteurs de Wikipedia ont remarqué que, selon les sources, sa date de naissance changeait; dans les sources consultées on retrouvait les très sérieuses Britannica et Universalis.

Tout comme moi, vous vous seriez attendus à ce qu’elles fournissent toutes deux la même date. Et bien non, que nenni, elles fournissent deux dates différentes, à savoir, respectivement, le 16 et le 1er août. On pourrait s’attendre à ce qu’au moins l’une des deux dates soit en accord avec les informations présentes sur les sites gouvernementaux israëliens. Eh bien non, un site du gouvernement israëlien nous informe que M. Peres est né le 2 août. On peut alors se poser une question fort légitime: qui de Britannica, Universalis ou  de Wikipédia a, dans sa démarche de rédaction, le comportement le plus « sérieux » ?

Bien entendu, Britannica et Universalis, tout comme Wikipédia, contiennent des erreurs. La différence est que Wikipédia ne fait pas confiance à un diplôme mais à des faits et cherche donc à sourcer au maximum ses articles,  permettant ainsi au lecteur de vérifier facilement ce qui y est dit. Hélas, en lisant Britannica et Universalis, on se voit obligé de faire confiance au rédacteur.

Il est évident que Wikipédia a des lacunes, possède des articles de culture populaire et comporte des erreurs. Mais c’est également le lot des autres ouvrages encyclopédiques. Les démarches rédactionnelles diffèrent, mais les outils de rédaction également. Chaque démarche à ses forces et ses faiblesses, et il est clair qu’une des grandes forces de Wikipédia est sa possibilité d’être en permanence remise en question et donc corrigée.

Publicités