Le Wikiconcours, lui, a esquivé la tornade.

dimanche, 31 août 2008

Comme je vous en parlais pas plus tard qu’hier, Wikimédia France va octroyé un prix spécial durant le WikiConcours à venir.

Comme je l’avais pressenti, il y a eu des personnes pour plus ou moins contester l’idée. Mais là où ça devient vraiment intéressant et que c’est principalement une histoire de sémantique qui a fait monter la sauce.

Habituellement, quand une idée de ce genre est proposée/annoncée, on assiste à une « discussion » entre deux points de vues arrêtés. Et les divers protagonistes ne bougent pas d’un iota de leur position initiale, ni ne lisent les arguments des uns des autres, persuadés d’avoir raison.

Cette fois-ci, ce fut bien différent. Une fois l’idée annoncée, elle reçut des messages de soutien, et quelques questions plutôt intelligentes. A ce moment là, j’ai failli fondre en larmes me disant que j’avais persiflé à tort sur la capacité de la communauté de la Wikipédia francophone à râler à propos de tout et de rien. Heureusement, l’un des membres du jury a daigné sauver mes tartines du flot de mes larmes…

Alors qu’il avait posé quelques questions sur le prix, il annonce qu’il serait d’accord pour qu’un membre de l’association fasse partie du jury. Mais, car il y a un magnifique mais, il lance abruptement:

Non. Si elle est acceptée, la décision désignant le gagnant du prix WMFr doit être le fait de l’ensemble du jury, et j’oppose un veto ferme à toute suggestion contraire (qui reviendrait en pratique à dire que Serein fat le choix toute seule). Si c’est juste « une collaboration », pour moi c’est « dehors » et on supprime toute mention de WMFr dans la formule du WCC.

Ô joie, j’avais vu juste.

Ô tristesse, c’est une critique pour la forme. En effet, ce membre du jury n’est pas du tout contre l’idée mais à un problème avec le fait que Wikimédia France, financeur du prix, demande à ce que le jury se voit complété par un ou deux membres de l’association et que celle-ci, via les jurys membres de l’association, puissent mettre son grain de sel dans le choix du vainqueur. Certains ont émis la possibilité d’un biais, volontaire ou pas, dans le choix du vainqueur. Il parait, à ce point là, important de réexpliquer la vision qu’a Wikimédia France de la chose:

*Deux membres de Wikimédia France rejoignent le jury pour l’aider à remplir sa tâche et ainsi permettre au jury de donner son avis sur le vainqueur du prix Wikimédia France. Le prix serait ensuite choisi grâce à cette discussion.

*Les critères de sélection du prix Wikimédia France seront rendus publics et ce afin de limiter les possibilités de tricheries.

Durant cette discussion, le reste des arbitres ont émis leur avis favorable à cette idée, et plusieurs contributeurs ont été enthousiasmé par cette action de Wikimédia France.

Mais notre cher contestataire a eu l’audace d’entretenir le débat en lançant un :

Wikimédia France n’est pas propriétaire du wikiconcours, et n’a pas à en imposer des modifications de fonctionnement aussi cavalièrement que ça: quarante huit heures avant le début on en change les règles d’attribution des prix? pour dire que le jury est réquisitionné pour faire l’évaluation qui va bien, mais qu’on s’assoit sur sont « avis » pour se réserver la « décision » (merci, bwana, d’avoir pensé à nous)? Depuis quand WMFr a-t-elle le moindre pouvoir sur ce qui se décide au sein de la communauté? voilà qui intéressera prodigieusement les juristes, depuis le temps qu’on se pose des questions sur les responsabilités de publication sur wikipédia, ce sera un « précédent » très fâcheux… WMFr est une association « indépendante » sans autorité sur wikipédia, et il n’y a pas plus de raison d’intégrer ses propositions dans le fonctionnement communautaire que de prendre en compte un avis du président de la francophonie.

Il aurait absolument raison… sauf qu’il se trompe puisque Wikimédia France est venue demander l’autorisation de remettre un prix durant le WikiConcours, chose qu’elle n’était pas obligée de faire, et qu’elle a reçu le soutien de la majorité du jury.

Je pense que ce cas, expression d’une peur que certains ressentent vis-à-vis de Wikimédia France ou de Wikimedia Foundation, est intéressant. Rien n’a été imposé ici, et aucune ingérence avec les projets n’est à déplorer. Pourtant une peur a été exprimée, faiblement, mais elle l’a été.

Cette réaction est-elle l’expression d’une peur latente de la part de nombreux contributeurs de la Wikipedia francophone ou est-ce un cas isolé?

Quelque soit la réponse, le WikiConcours sera lancé ce soir à minuit, et il semblerait que le prix Wikimédia France – interprojet sera présent.

Y aura t-il d’autres contestations? Le WikiConcours se déroulera t-il sans anicroches? Qui remportera le lot de Wikimédia France.?

Tant de questions qui trouveront leurs réponses dans les prochaines semaines ! (bis)


Ha WikiConcours, quel sera donc ton futur?

samedi, 30 août 2008

Depuis 2006, est organisé, par les bénévoles eux-mêmes, un concours de rédaction d’articles. Ce concours a lieu environ deux fois par an et propose aux contributeurs d’y participer, pour le prestige uniquement, et d’offrir la meilleure amélioration d’articles sur un certain sujet. Ce concours, saine émulation au sein des projets, permettait de faire entrer un peu de compétition et de piment dans ce long fleuve tranquille, ou presque, qu’est Wikipédia.

Les vainqueurs recevaient des trophées virtuels récompensant la qualité de leur travail.

Aujourd’hui, Wikimédia France a souhaité mettre un peu de piment dans ce concours. L’association a décidé d’offrir un lot aux vainqueurs du prix dit « inter-projet ». Ce prix, créé pour l’occasion, récompensera l’équipe qui non seulement améliorera les articles de Wikipédia sur le sujet qu’elle aura choisi, mais qui améliorera également le contenu d’un des sept autres projets Wikimédia.

La communauté a su montrer à plusieurs reprises sa volonté de tenir l’argent loin de Wikipédia. Ce fut le cas lors de l’annonce du don de M. Greenspun. Il ne serait donc pas surprenant que l’on ait le plaisir, ou pas, de lire que « ce prix est le début de la fin du bénévolat sur Wikipédia ».

Cette même communauté a également une sainte peur de toute potentielle prise de contrôle ou d’une interaction trop forte d’un groupe avec Wikipédia. Le prix de Wikimédia France, et l’arrivée imprévue d’un ou deux membres de l’association au sein du jury pourrait être considérée comme une ingérence de l’association au sein du projet.

Mais pensez-vous que les membres de Wikimédia France n’y ont pas pensé? Eh bien oui, ils se doutent que ce sont des réflexions qui peuvent être faites. Pour pallier ces problèmes voici ce qui a été pensé:

*Le prix ne concerne que les équipes qui améliorent leur sujet sur plusieurs projets. Wikimédia France n’enlève pas le côté « pour la gloire » puisqu’un seul prix est distribué. Son action aurait plutôt tendance à inciter à améliorer les différents projets et augmenter la cohésion qu’il y a entre eux.

*Wikimédia France a, au préalable, proposé ce prix au jury du Wikiconcours. Même si rien, dans l’absolu, ne l’empêchait de donner ce prix sans accord du jury, il a été estimé indispensable que le jury soit non seulement d’accord avec l’attribution de ce prix, mais participe également au choix des vainqueurs de ce prix.

*Les critères seront, si possible, définis dans les jours qui viennent avec le jury du WikiConcours, plus expérimenté dans cet exercice. Il va de soit l’association souhaite que ceux-ci soient rendus publics.

Plusieurs « mesures » qui, espérons-le, limiteront les critiques. Au vu de ce qui a été dit sur la page du WikiConcours, on sent une volonté forte de la part de Wikimédia France d’inciter les contributeurs de Wikipédia à s’initier aux aures projets, mais également de faire découvrir ces autres projets au grand public.

La première apparition de Wikimédia France au sein de Wikipédia depuis longtemps ne passera pas inaperçue. Mais qu’elle sera la réaction de la communauté des éditeurs? Qui candidatera au concours? Qui remportera ce prix inattendu ?

Tant de questions qui trouveront leurs réponses dans les prochaines semaines !


Où récolter des nouvelles du front ?

mardi, 12 août 2008

Lire le bistro francophone au jour le jour est une véritable n’est pas une sinécure, j’ai personnellement arrêté d’être assidu, et préfère passer par le filtre des différents blogs et autres news, qui ont un traffic bien moindre, et surtout un meilleur rapport signal/bruit.

Parmi les différentes sources d’informations, j’aime bien les sites suivants :

Si vous connaissez d’autres sites intéressants proposant une consultation aisée (un flux RSS lisible, en somme), je suis preneur.


Le vandalisme : des études sérieuses plutôt que du pifomètre !

dimanche, 6 juillet 2008

Le vandalisme sur Wikipédia est un grand fantasme, soit que certains (généralement des wikipédiens) le déclarent quasi sans effet, soit que des critiques (souvent ayant à peine pris le temps de vérifier) affirment qu’il est ingérable. Le vandalisme, et plus généralement ce que j’appelerais les « modifications non souhaitées », est à chaque fois au coeur des discussions sur la qualité des articles de Wikipédia.

Malheureusement, quand le grand public est informé de la qualité de Wikipédia, les médias s’appuient trop souvent sur des « études » dont la qualité laisse pour le moins à désirer. Cela va de médiocre, par exemple l’étude des étudiants de Pierre Assouline, essentiellement effectuée au pifomètre et à charge, à carrément risible, par exemple quand Paris Match demande à Didier Decoin (membre éminent de l’académie Goncourt) de juger en 1 minute de la qualité de l’article sur… les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (cf. le numéro du 19 juin 2008).

C’est d’autant plus dommage qu’il existe des études rigoureuses, menées par des scientifiques, sur la base d’études statistiques. Bref, qui essayent d’être plus objectif que le doigt mouillé, mais qui ont l’horrible particularité de parler en chiffres, et non en exemples. Des trucs sérieux, quoi. Pouah, comme dirait Alithia.

Entre ces deux extrêmes, plusieurs études généralistes (citons celle de Nature, la plus connue, pour faire court) semblent démontrer que la qualité de certains articles de Wikipédia peut être équivalente à celle des encyclopédies classiques. Il est donc possible d’atteindre des entrées encyclopédiques de qualité en utilisant le processus de création de contenu de Wikipédia.

Je parlerais par la suite de modifications non souhaitées, définies comme des éditions violant une ou plusieurs règles éditoriales, délibérément (ce qui est qualifié alors de vandalisme) ou non.

Dans l’excellente étude de Priedhorsky et de ses collègues (de l’université du Minnesota), dont je vais ici extraire quelques informations, les dommages entraînés peuvent être classés en 6 catégories : désinformation, suppression massive, suppression partielle, contenu offensant, spam ou non-sens. Cet ensemble de dommages reste présent quel que soit l’état des articles.

Environ 5% des modifications de la Wikipédia anglophone peuvent être considérées comme du vandalisme, sur une durée d’environ 4 ans, cela représente plus de 2 millions de modifications problématiques sur environ 57 millions de modifications acceptables. La version francophone, quant à elle, dispose à l’heure actuelle d’environ 613 000 articles, avec une moyenne de 30 modifications par article (statistiques Wikimedia Foundation, janvier 2008). Étant donné que plus de 717 000 modifications y sont effectuées par mois, on peut extrapoler le nombre de vandalismes à détecter à environ 36 000 par mois, soit plus d’un millier par jour.

Bien que, sur la Wikipédia anglophone, 42% des dommages soient réparés avant même d’être vus, que quasiment tous sont supprimés après 15 révisions et que la probabilité de lire un article endommagé soit de 0.0037, ces chercheurs ont pu constater que seuls 60% des vandalismes sont détectés facilement par des humains et que 11% persistent après avoir été vus 100 fois.

Prenez le temps de méditer ces chiffres, qui ont le mérite d’être tout à fait pertinents vis à vis de l’utilisation de wikipédia. Wikipédia, c’est énorme, ÉNORME : des millions d’articles, c’est un Web dans le Web. Il y existe des articles qui ne sont pratiquement jamais consultés, alors que d’autres le sont énormément {{référence nécessaire}}. Partant, des statistiques globales seraient peu pertinentes, puisqu’elle mettraient dans le même panier des choses qui n’ont rien à voir. L’étude de Priedhorsky a donc l’intelligence de raisonner en terme de visites.

Le résultat est intéressant : vous avez environ quatre chances sur mille de lire un vandalisme, que vous reconnaîtrez aisément dans 60% des cas. En arrondissant largement pour fixer les idées, vous avez environ 2 chances sur 1000 de lire un vandalisme sans vous en rendre compte.

Je ne doute pas que les défenseurs de Wikipédia y verront l’éclatante démonstration de la validité du modèle de rédaction du projet, alors que ses détracteurs seront convaincus que cette proportion est intolérable. La vérité renforce souvent les deux parties dans leurs idées. Ou pas. Et inversement.

J’aimerais avoir des statistiques similaires sur d’autres médias, ça serait intéressant.

Les bonnes références :